Fragilité : Les stratégies nutritionnelles pour la prévenir

Fragilité : Les stratégies nutritionnelles pour la prévenir

Bien vieillir

18 juin 2019
Catégorie : 

Le vieillissement de la population annonce une augmentation massive de la fragilité et un besoin accru de professionnels et de structures spécialisés dans sa prise en charge. L’essentiel sur les moyens testés scientifiquement pour prévenir et soulager ce syndrome.

Le syndrome de fragilité est caractérisé par un déclin fonctionnel, débutant généralement après 65 ans et qui conduit à une baisse d’autonomie impliquant d’être assisté dans les activités du quotidien. Il est diagnostiqué par la présence d'au moins trois des cinq critères suivants : perte de poids, épuisement, faiblesse, lenteur et inactivité.

La malnutrition en cause

Parmi les facteurs qui semblent avoir le plus d’impact sur le risque de développer une fragilité figurent les apports caloriques, les apports en protéines, ceux en vitamines D, E, C, B6 et les folates. Leurs faibles apports ont été associés dans plusieurs études épidémiologiques à un plus grand risque de fragilité.

Pour l’instant, il n’existe aucun traitement curatif de la fragilité. Les efforts se concentrent davantage sur sa prévention et sur la prise en charge de ces symptômes comme la sarcopénie (baisse progressive et généralisée de la masse musculaire, de la force et de la performance physique chez le sujet âgé).

Combiner les approches nutritionnelles

Les interventions ayant prouvé scientifiquement le plus d’efficacité sont jusqu’à présent celles intégrant l’activité physique et la nutrition. Selon les études citées par les auteurs :

  • La consommation d’huile d’olive montre un bénéfice dans la réduction des médiateurs de l’inflammation (TNF-alpha et Il-6).
  • La supplémentation en protéines (30g en plus chaque jour, quelle que soit la source et la composition en acides aminés) favorise le maintien de la masse musculaire, améliore la vitesse de marche, l’allure et la force de préhension. Des résultats supérieurs sont notés lorsqu’une activité physique en résistance y est associée.
  • La vitamine D a un rôle particulièrement intéressant sur la structure des os, et permet une amélioration de la masse musculaire appendiculaire et de la performance à l’exercice de levée de chaise.
  • Les oméga-3 à longues chaînes sont associés à une meilleure préservation de la masse musculaire et une amélioration de la vitesse de marche et de la mobilité.
  • Quelques études ont testé avec succès des combinaisons de fer, folates, vitamines B6, B12, D et calcium, ou un mélange de L-leucine, cholecalciférol, triglycérides a chaines longues et moyennes.

Enfin, des conseils alimentaires donnés aux sujets âgés semblent aussi être efficaces notamment lorsqu’ils souffrent de dénutrition.

 

Source : Dietary Factors Associated with Frailty in Old Adults: A Review of Nutritional Interventions to Prevent Frailty Development. Hernández Morante JJ, Gómez Martínez C, Morillas-Ruiz JM. Nutrients. 2019 Jan 5;11(1). pii: E102. https://preview.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30621313

Vous SOUHAITEZ

EN SAVOIR PLUS ?

Toute notre expertise santé à votre service !

DÉCOUVREZ NOTRE SAVOIR-FAIRE

 

Découvrez notre

boutique en ligne

Tous les produits de Nutrisens disponibles en ligne !

Voir la boutique

 

BESOIN D'UN CONSEIL ?
UNE QUESTION ?

Notre diététicienne
est à votre écoute

04 82 78 01 53
Lui écrire

Du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h