Trouver la bonne texture

Lorsque des troubles de la déglutition sont détectés, il peut être nécessaire de modifier la texture des repas (hachée ou mixée le plus souvent) et/ou d’épaissir les liquides, afin de sécuriser la déglutition. Il est indispensable de trouver la texture idéale à chaque personne que ce soit pour l’alimentation ou l’hydratation selon les capacités de déglutition de chacun. 

Une texture adaptée permet non seulement d’éviter les fausses routes ou autres complications directes liées à la déglutition mais également de prévenir la déshydratation ou la dénutrition. En effet, une texture mal adaptée peut aggraver la perte d’envie de s’alimenter ou s’hydrater, il s’agit donc de trouver le juste équilibre entre plaisir et sécurité. L’objectif est de faciliter les repas tout en stimulant les capacités encore fonctionnelles.

C’est à un professionnel de santé de vous aiguiller vers la/les texture(s) adéquate(s), et notamment, à un orthophoniste, grâce à un diagnostic approfondi.

Depuis quelques années, s’est créé l’IDDSI (International Dysphagia Diet Standardisation Initiative, www.iddsi.org), une association qui permet à travers une standardisation des textures, à tous les professionnels de santé et aux industriels de parler le même langage pour vous simplifier la vie.

Ci-dessous le diagramme des textures qui a été établi pour l’hydratation et l’alimentation.

POUR LES BOISSONS 

La stimulation par le pétillant, le gazeux, l’acidité, la température (chaude ou froide) a une incidence sur la performance de la déglutition et permet de diminuer les fausses routes. Plus la température du liquide est froide, les goûts prononcés, les odeurs marquées, plus la déglutition sera rapide et forte.

Lorsque cela n’est pas suffisant, l’épaississement des liquides permet de faciliter leur gestion en bouche et de ralentir la vitesse d’écoulement dans la gorge afin de laisser le temps au larynx de se fermer :

  • Niveau 1 – Très légèrement épais :  Plus épais que l’eau, il nécessite un peu plus d’effort que les liquides pour être bu.
  • Niveau 2 – Légèrement épais : Peut-être bu au verre, s’écoule rapidement d’une cuillère, mais plus lentement que les boissons liquides, un léger effort est nécessaire pour le boire avec une paille.
  • Niveau 3 – Modérément épais : Peut-être bu au verre ou consommé à la cuillère, un effort modéré est nécessaire pour le boire avec une paille.
  • Niveau 4 – Très épais : Ne peut pas être bu au verre car il ne s’écoule pas facilement, peut-être consommé à la cuillère, et ne peut pas être aspiré à la paille.

POUR LES ALIMENTS

  • Une texture « Normale » est définie en Niveau 7. Celui-ci est subdivisé pour contenir également la texture « Facile à mastiquer » : aliments normaux de tous les jours, de texture tendre, sans restriction de taille et à l’exclusion de morceaux durs, fibreux, filandreux et secs.
  • Niveau 6 – Petits morceaux tendres : la viande est cuite et tendre, découpée en morceaux de 0,8 cm en pédiatrie à 1,5cm chez l’adulte. Les légumes sont cuits à la vapeur et découpés à la même taille.
  • Niveau 5 – Finement haché et lubrifié : la viande est finement hachée avec une granulométrie entre 0,2 cm de largeur et 0,8 mm de longueur en pédiatrie et 0,4 de largeur et 1,5 cm de longueur chez l’adulte. Les légumes sont finement hachés, coupés ou écrasés.
  • Niveau 4 – Mixé : la texture est homogène, avec viande et légumes de consistance épaisse ; ils peuvent être soit mélangés, soit séparés dans l’assiette (granulométrie inférieure à 0,1 cm).
  • Niveau 3 – Liquéfié : texture lisse sans petits morceaux (grumeaux, fibres, morceaux de coquille ou de peau de fruits, particules de légumes, viande ou cartilage), pouvant être bue au verre ou consommée à la cuillère.