Allergies alimentaires sévères chez l’enfant : quels facteurs en cause ?

Allergies alimentaires sévères chez l’enfant : quels facteurs en cause ?

Nutrition santé

22 août 2019
Catégorie : 

Il est souvent délicat de déceler une allergie alimentaire sévère chez l’enfant. Nous réalisons cet article de synthèse pour informer et venir en aide aux personnes concernées.

Connaître les causes de sévérité de l’allergie alimentaire de l’enfant permet de guider au mieux sa prise en charge. Deux allergologues ont rassemblé dans la Revue française d’Allergologie les éléments le plus fréquemment associés à l’allergie alimentaire sévère.  

Qu’est-ce qu’une allergie alimentaire sévère ?

C’est une allergie à risque d’anaphylaxie mettant en jeu le pronostic vital. En Europe, elle concerne 1,5 à 7,9 cas pour 100 000 personnes par an mais depuis 10 ans elle est de plus en plus fréquente chez l’enfant de moins de 5 ans.

Quels aliments sont impliqués ?

L’œuf et le lait de vache sont les principaux impliqués avant l’âge de 2 ans, la noix de cajou et la noisette avant 6 ans et l’arachide à tout âge.

Les allergènes à haut risque létal

Les décès impliquent les laits (vache, chèvre), l’arachide, les fruits à coque et le poisson. Arachide, noix de cajou, noisette et sésame agissent via leurs protéines de stockage (albumine, globulines, germines, légumines, vicilines…). Les lipid transfert protein (LPT) des pêches, de l’arachide et de la noisette sont aussi responsables de réactions sévères. Les laits de vache/chèvre peuvent conduire à une allergie sévère quand elles surviennent au cours d’allergies respiratoires (asthme).

Les facteurs de sévérité

Il n’y a pas de quantité standard d’allergènes permettant de prévoir l’intensité d’une réaction. La dose déclenchante est variable d’un allergène à l’autre et selon l’individu et la présence de cofacteurs (effort, médicaments, stress, pollens…). Mais on sait que :

  • La cuisson, les procédés industriels, les réactions entre les protéines, les matières grasses et les sucres peuvent diminuer l’allergénicité en modifiant les allergènes et en retardant leur absorption. Exemple : lait de vache, œuf, pomme et noisette cuits à haute température sont moins allergènes.  
  • La sensibilisation préalable de l’individu à l’allergène et son terrain atopique (asthme, rhinite allergique, dermatite atopique, eczéma…) aggravent la sévérité de l’allergie. L’adolescence est aussi une période plus à risque d’anaphylaxie létale (comportements à risque et consommation d’alcool).

Six cofacteurs aggravants

L’activité physique, les médicaments (Aspirine et AINS), les infections, le stress, l’alcool et la chaleur (douches chaudes, exposition au soleil l’été, canicule) augmentent la sévérité de l’allergie en agissant, selon ces cofacteurs, sur la perméabilité intestinale, la digestion, le passage dans la circulation, la libération de médiateurs, la vasodilatation cutanée.

La sévérité d’une allergie alimentaire reste imprévisible au vu des nombreux facteurs impliqués. Quant à la prise en charge, elle doit être individualisée : trousse d’urgence, régime d’éviction adapté au patient, immunothérapie ou non.

Allergies alimentaires sévères de l’enfant. D Sabouraud-Leclerc, E Bradatan. Revue Française d’Allergologie. 2019 vol 59 : 350-358. https://doi.org/10.1016/j.reval.2019.01.005  

Vous SOUHAITEZ

EN SAVOIR PLUS ?

Toute notre expertise santé à votre service !

DÉCOUVREZ NOTRE SAVOIR-FAIRE

 

Découvrez notre

boutique en ligne

Tous les produits de Nutrisens disponibles en ligne !

Voir la boutique

 

BESOIN D'UN CONSEIL ?
UNE QUESTION ?

Notre diététicienne
est à votre écoute

03 85 69 07 83
Lui écrire

Du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h