En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Suite à l’entrée en vigueur du RGPD, nos conditions générales d’utilisation ont été mises à jour. N’hésitez pas à les consulter. En savoir plus J'accepte

Dénutrition et Alzheimer

Problèmes de mémoire, difficulté à exécuter des tâches quotidiennes, la maladie d'Alzheimer provoque des changements de vie importants auxquels il faut trouver des solutions.

Ce que l’on sait moins, c’est qu’elle impacte aussi l’appétit, le goût, les capacités de déglutition et donc la façon de manger. On estime que 40 % des sujets atteint d’Alzheimer perdent du poids dès le début de la maladie en raison d’apports alimentaires insuffisants. Cette perte de poids évolue vers une dénutrition qui peut s’accompagner d’infections, d’une aggravation des troubles cognitifs et comportementaux, de chutes, fractures, escarres, etc.

Maintenir un état nutritionnel optimal dès le début de la maladie semble donc essentiel.

Nos experts sont prêts à répondre à toutes vos interrogations et vous apporter des solutions adaptées à vos besoins.

La maladie d'Alzheimer

Stop aux idées reçues

  • « Il faut tenter de conserver l’usage des couverts pendant les repas !  »
    Faux !
    Des études ont montré que laisser les sujets atteints d’Alzheimer manger avec les mains permet de leur rendre leur autonomie et conduit à des repas plus calmes, sans opposition, ni cris. Reste à proposer des aliments adaptés en termes de texture et de composition nutritionnelle.
  • « Le malade d’Alzheimer a davantage besoin de consommer des protéines  »
    Vrai !
    La déambulation et les infections pulmonaires sont responsables d’une augmentation des besoins en protéines et en énergie. Or, ces apports sont souvent insuffisants. Enrichir les rations en protéines permet de stabiliser et d’amorcer une reprise de poids et d’éviter la fonte des muscles, principale cause de chutes.
  • « Marcher avec mon mari/ma femme atteint(e) d’Alzheimer, c’est trop de fatigue et trop de risque de chute !  »
    Faux !
    Au contraire, l’exercice physique est bénéfique ! Une marche quotidienne d’une demi-heure permet d’entretenir la motricité et donc d’éviter la fonte musculaire, responsable des chutes. De plus, l’exercice physique favorise l’appétit et prévient les troubles du sommeil.
  • « Mon mari/Ma femme atteint(e) d’Alzheimer mange beaucoup, il/elle ne risque pas d’être dénutri(e)  »
    Faux !
    Un excès d’alimentation survient parfois au stade moyen de la maladie. Mais cet excès est la plupart du temps transitoire. Il n’empêche donc pas le risque de dénutrition.
  • « Plus les troubles sont importants, plus le risque de dénutrition est grand !  »
    Vrai !
    La dénutrition est liée à l’incapacité à se nourrir correctement mais est aussi le résultat de la progression de la maladie elle-même qui altère les capacités d’absorption des nutriments. Le risque de dénutrition s’aggrave donc parallèlement à l’avancée de la maladie.

Nos packs et produits à découvrir :

Découvrez notre gamme de produits hypercaloriques et hyperprotéinés destinés à l'alimentation et à la prise en charge et/ou la prévention de la dénutrition chez les sujets atteints de la maladie d'Alzheimer. Disponibles sous la forme de crèmes dessert enrichies, de boissons, de pains et biscuits ainsi que de préparation en poudre, vous trouverez un large choix de produits de lutte contre la dénutrition. De nombreuses textures et saveurs sont disponibles afin d'éviter la lassitude du patient lors de l'alimentation.

Besoin d'un conseil?
Une question sur nos produits?

Nos diététiciennes sont 
à votre écoute :
03 85 69 07 83

Du lundi au vendredi,
de 9h à 12h et de 14h à 17h

Nous écrire

Echanger avec elles par
messages instantanés
en cliquant ici

Abonnez vous gratuitement à notre "Vitalités ! mag" :

"Vitalités ! Le mag"

Les bons réflexes Nutrition & Santé
Retrouvez toute l’expertise nutritionnelle de Nutrisens ainsi que nos dernières recettes plaisir.