Livret / Atelier thérapeutique / Alimentation – Valérie Fortin | Nutrisens

 « Un accompagnement des patients pour lesquels un suivi alimentaire, un trouble alimentaire a été objectivé. Cette prise en charge permettra d’optimiser et de maintenir le confort et le plaisir au repas. »

Projet présenté par : Valérie Fortin, orthophoniste, Hôpital d'Instruction des Armées Laveran, Marseille (13).  

Agir à l’hôpital pour un retour à domicile réussi

Dans sa fonction d’orthophoniste à l’hôpital Laveran de Marseille, Valérie Fortin remarque qu’il existe de plus en plus de demandes concernant l’évaluation et la prise en charge des troubles de la déglutition (dysphagie) en gériatrie. Beaucoup des patients vus à l’hôpital reviennent après une période au domicile pour des pneumopathies qui pourtant étaient stabilisées à l’hôpital. Elle remarque également que le statut nutritionnel de ces patients se trouve affaibli. La raison : un manque de sensibilisation des patients pendant leur séjour à l’hôpital et donc d’adaptation de leur régime alimentaire au domicile ; se traduisant par des restrictions alimentaires et une mauvaise adaptation des textures.
Valérie Fortin met donc l’accent sur la nécessité de proposer aux patients et leur entourage un réel accompagnement pour leur permettre de prendre conscience de l’intérêt d’une alimentation adaptée et leur donner les clés pour la réaliser au domicile. 

L’objectif de ce projet est de proposer des ateliers thérapeutiques assortis d’un carnet « de liaison » aux patients présentant une dysphagie et qui retournent à leur domicile à l’issue de leur hospitalisation. Il s’agira de leur fournir toutes les bases nécessaires à la bonne observance de leur régime à domicile.

Des ateliers et des outils pour guider

Valérie Fortin est aux prémices de son projet qu’elle écrit et enrichit avec les professionnels de santé et les patients qu’elle côtoie au quotidien. Le projet se traduit aujourd’hui par la proposition de deux actions complémentaires.

Des ateliers thérapeutiques

Ces ateliers pourraient être organisés à l’hôpital à raison d’une fois par semaine et sur des thématiques différentes selon les besoins identifiés. Il s’agira de proposer un lieu d’échange entre les professionnels, les patients et leur entourage autour de thématiques relatives à l’alimentation. L’objectif est de projeter le patient dans son futur quotidien, le rassurer vis-à-vis de l’utilisation de certains ingrédients (épaississants par exemple) et lui montrer qu’il est toujours possible de se faire plaisir. La prévalence de la dénutrition étant importante chez ces patients, la question des repas enrichis serait par exemple un sujet intéressant à aborder.
Suivant les moyens mis à disposition, Valérie Fortin envisage de réaliser pendant ces ateliers des démonstrations culinaires se rapportant au thème abordé (recettes mixées enrichies en protéines et énergie par exemple).

Un carnet « de liaison » personnalisable

Beaucoup de supports existent aujourd’hui pour parler des problématiques de dysphagie. Cependant Valérie Fortin constate que donner ces supports n’est pas suffisant et que les patients et leur entourage ont besoin de s’approprier ces documents. C’est pourquoi elle propose de construire avec eux un carnet personnalisable qui pourra être une base d’échange avec les professionnels.
Après une enquête réalisée avec le patient sur ses habitudes alimentaires, une première ébauche du carnet pourra être construite. Ce carnet pourrait se modéliser sous la forme d’un classeur avec intercalaires reprenant d’une part les aliments à risque, les conseils de posture pendant le repas, comment donner à manger, à quel rythme et quelles aides peuvent être utiles (vaisselle antidérapante par exemple). Il évoluera ensuite selon les recettes testées et les conseils fournis tout au long du parcours de soin du patient.  

Investir les patients et les professionnels dans la dynamique du projet

Le défi du projet réside dans la capacité à intéresser les patients et les convaincre de s’investir dans les ateliers et la constitution de leur carnet. Pour cela Valérie Fortin imagine des rendez-vous basés sur l’écoute et le réconfort et de faire participer au maximum l’entourage proche du patient (famille, aidants professionnels,…).

Valérie Fortin est consciente que son projet n’a de sens que s’il intègre des professionnels de santé aux compétences complémentaires. Elle souhaite travailler étroitement avec des diététiciens et des ergothérapeutes pour l’animation des ateliers thérapeutiques et la constitution des fiches du carnet de liaison du patient. Elle propose également de travailler avec les médecins pour systématiser le recours à cet accompagnement lorsqu’un trouble de la déglutition est objectivé.

En candidatant au trophée NutriD, Valérie Fortin espère convaincre ses pairs de la nécessité de faire bouger les choses et de la rejoindre dans ce combat où les financements sont difficiles à trouver. L’alimentation doit avoir sa place dans le parcours de soin du patient et d’autant plus dans le cadre du maintien à domicile. 

Les plus du projet à retenir

  • Véritable projet passerelle, l’objectif du projet est de proposer des solutions permettant de maintenir un lien avec le patient pour favoriser un retour au domicile réussi.
     
  • L’approche du projet est tournée vers la bienveillance et l’écoute. Il s’agira de mettre en place un discours positif accès sur le plaisir et le réconfort.
     
  • Dans ce projet chaque patient est considéré individuellement c’est pourquoi les outils thérapeutiques proposés sont relativement malléables de façon à s’adapter aux besoins de chacun. 

BESOIN D'UN CONSEIL ?
UNE QUESTION ?

Notre diététicienne
est à votre écoute

04 82 78 01 53
Lui écrire

Du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h